L’État social actif : un débat

Pierre Reman

Le concept d’État social actif embrassasse. On peut en faire fi si on est convaincu qu’il n’est rien d’autre qu’une façon dont le gouvernement arc-en-ciel habille son programme social pour indiquer à l’opinion publique la cohérence de ses vues malgré les contradictions idéologiques des socialistes, écologistes et libéraux. À ce titre, la notion d’État social actif de l’équipe Verhofstadt remplirait les mêmes fonctions que celui de modernisation choisi par le dernier gouvernement Dehaene pour exprimer la volonté du pouvoir d’adapter la sécurité sociale aux temps qui changent (mondialisation de l’économie, vieillissement démographique, développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, persistance du chômage...). Modernisation versus État social actif, tout cela ne serait que jeu de mots futile qui cacherait et exprimerait à la fois la même approche gestionnaire.