Immobilités et mobilisations syndicales

Christophe Mincke

C’est peu dire que la légitimité de l’action syndicale fait, de nos jours, l’objet d’attaques vigoureuses. De la « grève politique » à la « prise d’otage », en passant par le non-respect du « droit de travailler » ou du « droit à la mobilité » et par les accusations de conservatisme, ce sont les fondements mêmes du syndicalisme qui sont mis en cause. S’il est si durement contesté, c’est, à notre sens, en bonne partie pour des raisons structurelles, plutôt que conjoncturelles, qui tiennent à une évolution des normes sociales. Certes, les critiques actuelles rappellent bon nombre de celles qui émaillèrent l’histoire du syndicalisme, mais elles prennent maintenant appui sur de nouvelles manières de penser ce qu’est et ce que devrait être la société. En un mot, la légitimité du syndicalisme, dans ses modes d’organisation et d’action, reposait sur des bases dont on peut se demander si elles ont survécu à la fin du XXe siècle.