France. La tentation bipolaire d’un pouvoir minoritaire

Erwan Lecoeur

Premier parti de France, l’UMP ne rallie qu’un tiers des voix dans les intentions de vote. Isolé mais dominant, le parti présidentiel est devenu minoritaire. En mars prochain, l’opposition devrait remporter la quasi-totalité des Régions, comme ce fut le cas en 2004. Car si le PS n’est pas en grande forme, si la gauche radicale ne parvient pas à s’unir, si le Modem n’a pas vraiment convaincu, les écologistes ont le vent en poupe depuis les européennes ; et ces challengers pèseront lourd dans les alliances pour les régionales. Au grand dam des partisans d’un système bipolaire, dans lequel l’UMP pourrait incarner le parti dominant et le PS l’unique opposition.