Eurasisme, revanche et répétition de l’histoire

Bernard De Backer

Depuis la fin de l’Union soviétique et la chute des régimes communistes vassaux, les tensions entre le monde euroatlantique et la Fédération de Russie furent longtemps et communément perçues ou interprétées à travers le prisme des luttes géostratégiques, des intérêts économiques divergents et des enjeux de pouvoir. L’idéologie alternative du communisme s’étant évaporée, il semblait que la Russie s’était grosso modo convertie à la « démocratie-économie-de-marché », même si cette conversion se faisait à son rythme et selon ses modalités propres. Nous étions encore dans le récit populaire ou savant de la « fin de l’Histoire » (Hegel, Kojève, Fukuyama…), de l’extension irrésistible d’un modèle supposé universel, né en Europe occidentale, version libérale du défunt millénium marxiste. C’est cependant à La Revanche de l’histoire, titre d’un ouvrage du néo-eurasiste Alexandre Panarin, que l’on semble avoir progressivement assisté.