Et si on essayait un monde sans orthographe

Anne Dister

Un monde sans orthographe serait-il un monde de liberté où le temps gagné à acquérir la maitrise de cette norme sociale pourrait être consacré à travailler d’autres compétences de la langue ? Le bonheur, donc. Sauf qu’une écriture phonétique poserait bien plus de problèmes qu’elle n’en résout tandis qu’une réforme modérée dans la foulée de celle de 1990 rendrait le système plus cohérent et plus accessible au citoyen.