Enjeux mémoriels de la Grande Guerre en Belgique

Olivier LuminetLaurence Van Ypersele

Les enjeux mémoriels de la Grande Guerre sont au cœur de cet entretien avec une historienne, Laurence Van Ypersele (UCL), et un psychologue, Olivier Luminet (UCL), tous deux spécialistes des rapports entre mémoire, histoire et identité. La Revue nouvelle les a interrogés car ils sont coordinateurs d’un projet de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire intitulé «  Reconnaissance et ressentiment  : expériences et mémoire de la Grande Guerre en Belgique  » qui a débuté en octobre 2013. Ce projet, financé par la politique scientifique fédérale (Belspo), réunit une équipe de chercheurs issus des universités de Gent, Leuven, Louvain-la-Neuve, Bruxelles ainsi que le Cegesoma, institution fédérale de recherche sur les guerres et les sociétés au XXe siècle. Outre la publication d’articles dans des revues scientifiques belges et internationales, il a comme objectif la réalisation de quatre thèses de doctorat portant respectivement sur les sentiments d’honneur et de honte chez les soldats, la mémoire monumentale de la Grande Guerre dans deux villes belges (Anvers et Liège), ses représentations dans la littérature francophone et néerlandophone de Belgique, ainsi que les enjeux de sa transmission dans la société belge contemporaine.