École et laïcité : très loin de l’enjeu du foulard

Zoé Genot

Le réel défi pour l’école publique est de dispenser un enseignement de qualité qui permette à tous d’être intégrés, ce qui ne passe pas par l’exclusion des jeunes filles qui portent le foulard, d’autant que les raisons de le porter sont multiples et témoignent d’approches individuelles variées. Cette intégration nécessite également des lieux de socialisation, comme les mouvements de jeunesse, où les jeunes peuvent approfondir notamment leur culture d’origine, et la création d’espaces de dialogue, qui protègent les jeunes victimes de maltraitance ou de pressions.