De l’usage démocratique des enquêtes OCDE

Donat Carlier
Enseignement-enfance.

Le classement relativement médiocre de la Communauté
Wallonie-Bruxelles dans la dernière enquête OCDE portant sur
la lecture a suscité un certain émoi. Au-delà des premières réactions,
il faut tout d’abord rappeler que l’effet "Eurovision" de ce
type de publication peut fausser son apport au débat démocratique.
Il tend à masquer l’enseignement principal qu’on peut une
fois de plus retirer d’une évaluation externe de notre école : sa faiblesse
réside avant tout dans son iniquité. Un débat approfondi sur
notre système éducatif ne pourra toutefois se nouer sur la seule
base des comparaisons internationales. On risquerait d’éluder
toute une série d’enjeux fondamentaux, aux premiers rangs desquels
notre capacité collective à réussir une réforme scolaire qui
doit enfin échapper à son enlisement technocratique.