Conflit civil, guerre asymétrique et intervention militaire

Hélène Passtoors

Faute d’une initiative diplomatique musclée de la part des Européens, soutenir l’intervention militaire limitée décidée par l’ONU était la seule possibilité. Armer tout de suite l’opposition libyenne ne pouvait qu’aboutir à une impasse tant le rapport des forces était en sa défaveur. L’issue du conflit ne viendra que de négociations politiques sous l’égide de l’Union africaine et de la Ligue arabe.