Clivages et partis : une « revisitation », mais encore ?

Jean-Claude Willame

L’analyse de Vincent de Coorebyter peut être approfondie par deux questions : l’une concerne la profondeur des lignes de fracture, et l’autre, les pratiques politiques sous-jacentes aux structurations en partis politiques. La perte de substance des clivages se traduit notamment par une vie politique marquée par les « combats de chefs », ce qui creuse la crise de la représentation. Faute de discours clairs sur des enjeux précis, la protection minimale des droits individuels et des libertés pourrait être mise en cause.