Ce qui survit à Milosevic en Serbie

Stéphanie MahieuBoris Najman

Le système de pouvoir que Milosevic a mis en place dès son arrivée au pouvoir en 1987 se caractérise par un formalisme communiste combiné à un programme nationaliste. Le financement de la guerre par l’hyper-inflation, le vol de l’épargne des ménages et les rentes mafieuses ont affaibli les formes de résistance à son encontre, singulièrement au sein des partis politiques. Il a créé une culture politique où les catégories ethniques apparaissent comme seul facteur explicatif de tous les phénomènes sociaux, économiques et politiques. La force de Milosevic a été d’amener les partis politiques non pas à lui reprocher d’avoir mené les guerres, mais bien de les avoir perdues. Cette culture politique lui survit, au-delà de sa mort.