Burundi : « La presse est libre »

Simon Tourol

Le 6 mai dernier, la présidence de la république recevait communication de la loi sur la presse modifiant celle de 2003, et adoptée définitivement par l’Assemblée nationale quelques jours plus tôt. S’ouvrait alors un mois d’intenses pressions, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, pour que Pierre Nkurunziza ne promulgue pas un texte jugé « liberticide » par l’Union burundaise des journalistes (UBJ).