Après le crépuscule des plombiers, l’aurore des architectes

Lechat Benoît

Comme s’ils voulaient confirmer l’image d’un système politique de plus en plus impuissant par rapport à l’économie, les principaux partis belges se sont donc payé le luxe d’une crise gouvernementale et de nouvelles élections à la veille d’assumer la présidence de l’Union européenne et en plein milieu d’une crise menaçant à tout moment de faire éclater la zone euro. Le facteur déclencheur de la crise [...] paraît bien dérisoire au moment où, emportée dans la spirale de la crise grecque, c’est toute l’économie européenne qui est au bord du gouffre. Comment les partis belges ont-ils pu à ce point manquer à leur devoir de stabilité en cette période d’instabilité globale ?