1914-1918 : pour aller plus loin…

Geneviève Warland

Ci-dessous quelques suggestions pour vous informer sur la Première Guerre mondiale et suivre les activités autour des commémorations du centenaire.

Un site européen rassemble une liste des manifestations (commémorations, expositions, projets) sur la Grande Guerre en Europe et dans le monde : http://100-jahre-erster-weltkrieg.eu.

En ce qui concerne les commémorations en Belgique, le portail internet au niveau fédéral en offre la liste : www.be14-18.be.

Pour la Belgique francophone, les informations sont reprises sur www.commemorer14-18.be et, pour la Belgique néerlandophone, sur www.flanders fields. be. De nombreux sites de villes signalent l’organisation d’évènements au niveau local.

Il est également utile de mentionner le site officiel français qui rassemble de nombreuses informations aux niveaux national et international : http://centenaire.org/fr.

Parmi les sites internet, Europeana 1914-18 est une plate-forme en onze langues rassemblant des documents et souvenirs privés de la Grande Guerre venant de toute l’Europe. Elle constitue de la sorte une bibliothèque numérique européenne visant à rassembler les multiples expériences de la « catastrophe séminale du XXe siècle », pour reprendre l’expression de l’historien et diplomate américain, George F. Keenan, dans son livre The Decline of Bismarck’s European Order. Franco-Russian Relations, 1875- 1890 (Princeton, 1979). Dans le même esprit de consultation libre des sources, European Film Gateway se présente comme un « portail d’accès aux films, images et textes extraits d’une sélection de trente fonds d’archives cinématographiques européennes ». Enfin, en octobre 2014, une encyclopédie online de la Première Guerre mondiale sera mise en ligne : 1914-18 online. International Encyclopedia of the First World War. Initiée par la Freie Universität Berlin, cette entreprise scientifique internationale rassemble les contributions de plus de neuf-cents historiens du monde entier sur de nombreux sujets relatifs à la Première Guerre en Europe et dans le monde. Un puits d’informations et un outil de référence majeur !

Du côté des films documentaires et séries télévisées, en voici trois de qualité (disponibles en DVD). 1914-18, l’Histoire belge, conçu et réalisé par Marianne Sluszny et Michel Mees, est un documentaire produit par la RTBF : construit de manière chronologique, il présente les moments importants de la Grande Guerre en Belgique, à partir des lieux de mémoire, d’archives de l’époque ainsi que de la RTBF (en particulier celle du cinquantième anniversaire avec les témoins vivants) et les éclaire en faisant appel à l’expertise d’historiens (voir, en outre, le site très informatif de la RTBF sur la Première Guerre). Du côté néerlandophone, une série télévisée connait un franc succès : In Vlaamse velden. Elle raconte l’histoire de la guerre et de l’occupation en Belgique à travers la famille gantoise Boesman et les expériences diverses vécues par cinq de ses membres. Il s’agit là d’une émission parmi d’autres dans la large palette proposée par la VRT sur la Première Guerre mondiale. Enfin, le projet d’Arte et d’ARD, 14 – Tagebücher des Ersten Weltkrieg [14-journaux de la Première Guerre mondiale] met en scène la guerre telle qu’elle a été vécue et narrée par des civils et des soldats de plusieurs pays belligérants à l’Ouest et à l’Est de l’Europe. Ce docu-fiction, basé sur quatorze journaux d’hommes et de femmes, d’adultes et d’enfants, pose un regard inédit sur l’histoire de la Grande Guerre par l’angle multinational qui en fait sa richesse.

En ce qui concerne les imprimés, je signalerais la collection des Journaux de Guerre paraissant en français et en néerlandais, et racontant l’histoire du premier conflit mondial à travers une sélection de journaux belges datant de 1914-1918. Cette publication du Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines (Cegesoma) reprend la presse censurée, la presse clandestine, les journaux édités par des Belges en exil ainsi que des journaux de soldats sur le front. La réimpression est accompagnée d’un fascicule replaçant les évènements dans leur contexte.

Les expositions sont multiples, inscrivant la guerre dans un cadre thématique général ou spécifique, régional ou national. En Belgique, il faut se diriger vers le Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles : « 14-18, c’est notre histoire ». À partir du mois d’aout, c’est vers Liège que l’on se tourne : « Liège dans la tourmente » au Musée de la vie wallonne et « J’avais 20 ans en 14 » à la gare de Liège-Guillemins. À quelques dizaines de kilomètres de la ville mosane, la Rhénanie propose un programme très intéressant et diversifié sous l’intitulé général : « 1914 – Au cœur de l’Europe. La Rhénanie et la Première Guerre mondiale ». Cela pour ne mentionner encore une fois que les initiatives de grandes dimensions qui ne dispensent pas de la découverte d’expositions plus petites mais non moins dignes d’intérêt.

Les musées et centres d’interprétation consacrés à la Première Guerre mondiale ne sont pas en reste, comme ceux de In Flanders Fields à Ypres et de Ploegsteert dans le Westhoek où une visite des cimetières militaires allemands, anglais, belges, en voiture ou à vélo, s’impose. Près de là, dans la Somme, il ne faut pas manquer l’Historial de Péronne, à la fois musée, centre de documentation et centre international de recherche sur 14-18.

Nombreux sont les circuits, guides et dictionnaires du patrimoine parus. Je n’en citerai que deux. Pour la Wallonie : Sur les traces de 14-18 en Wallonie, la mémoire du patrimoine, par Daniel Conraads et Dominique Nahoé (Institut du patrimoine wallon, 2013). Et pour les amoureux et curieux de Bruxelles : Bruxelles, la mémoire et la guerre (1914-2014), par Laurence Van Ypersele, Chantal Kesteloot et Emmanuel Debruyne (La renaissance du livre, 2014).

Last but not least, les parutions d’ouvrages sur la Grande Guerre sont pléthoriques, qu’il s’agisse de romans, de récits ou de livres historiques. Ils traitent de la guerre en général ou de certains aspects en particulier. Certains sont richement illustrés, d’autres plutôt sobres car axés sur l’information : un petit tour dans les librairies s’impose ou dans les boutiques de musées.

À tous les friands de connaissances et d’expériences, bonnes lectures, bonnes visites et le plein d’images et de sons sur tous les types d’écran ! Car 14-18 est un moment décisif de l’histoire du XXe siècle, et la guerre n’est malheureusement pas sortie de l’horizon du XXIe siècle.