Justice : faire taire les magistrats ?

Une image peut résumer la situation actuelle de la Justice : celle du palais de Justice de Bruxelles. Si vous le regardez vers le haut, « le Poelaert » donne à voir une coupole dorée qui scintille au soleil. Mais si votre regard se baisse au niveau du citoyen, il n’y a plus à contempler qu’un fatras d’échafaudages rouillés qui masque toute éventuelle beauté architecturale. C’est le parfait symbole de l’état actuel de la Justice !

Lire la suite

Bureau indigène

Anathème l’écrivait ici récemment : il fait bon vivre chez nous. C’est surtout le cas lorsque l’on peut trainer le samedi matin avec un café et lire la totalité du quotidien que le facteur glisse aimablement dans la boite aux lettres dès potron-minet. Comme ça, on est sûr de ne rien manquer du supplément économique et de sa rubrique « Acteurs ».

Lire la suite

Creuser sa propre tombe

Alors que la grève des agents pénitentiaires bat son plein, que les détenus sont mal nourris, ne bénéficient que d’une douche tous les six jours, que privés de visites et de promenades la chaleur rend les fous, il est des citoyens pour ne pas perdre la tête et garder le sens des priorités.

Lire la suite

Handicap, citoyenneté et inclusion sociale

La philosophe politique américaine Martha Nussbaum notait, il y a quelques années, qu’« il reste trois problèmes de justice sociale non résolus dont le manque d’attention qui leur est porté dans les travaux théoriques est particulièrement problématique », le premier de ces problèmes étant celui de « rendre justice aux personnes ayant des handicaps physiques ou mentaux [1] ». Bien que les travaux de Nussbaum aient contribué à dynamiser le débat sur cette question dans le champ des théories de la justice sociale, le constat qu’elle faisait garde toute son actualité aujourd’hui et il ne doit pas se limiter aux travaux théoriques : l’attention publique portée aux questions de justice sociale eu égard aux (...)

Lire la suite

SNCB : halte à la croissance ?

Chaque jour, 845.000 personnes empruntent un des trains circulant sur le réseau de la SNCB. Qu’il voyage dans un omnibus, un intercity ou un nouveau train S, l’usager a aujourd’hui l’impression d’être un mal-aimé. Parfois compressés, parfois en retard ou encore pris aux pièges des luttes sociales syndicales, les navetteurs sont depuis quinze ans, de plus en plus nombreux. Cependant, cette tendance se tasse. La SNCB a-t-elle été victime de son succès ? Ou est-ce son pouvoir de tutelle qui ne lui a pas donné les moyens de poursuivre son expansion ? Ou est-ce son mode d’organisation et son fonctionnement qui ont été défaillants ?

Lire la suite

Dangereuses victimes

Précisons-le d’emblée : je ne considère pas les terroristes comme des personnes recommandables. Bien entendu, il est impardonnable de tuer aveuglément, de mutiler, d’endoctriner, de terroriser. Bien entendu. Cependant, il faut leur reconnaître au moins une qualité – au-delà de leur dévouement à leur cause – celle de nous aider à colmater les failles de nos systèmes de sécurité. Grâce à eux, nous prenons conscience des dangers liés à la multiplicité des accès aux gares, du manque de policiers, de l’intérêt considérable de faire patrouiller les militaires en rue et de la nécessité absolue de laisser la bride sur le cou aux services de sécurité. Le procédé est peut-être radical, mais il faut se réjouir que nous soit donnée l’occasion d’améliorer notre société. Sans eux, ce n’aurait sans doute pas été possible pour une société qui a fait de l’atermoiement un art de vivre.

Lire la suite

Il y a pire que nous…

Récemment, dans un billet sur les blogs du Monde [4], j’évoquais une série de questions que posaient, à notre société et à notre système politique, les récents attentats de Bruxelles. L’idée était d’indiquer que la réponse était certainement moins sécuritaire que politique, qu’elle tenait moins au quadrillage de notre société qu’à sa juste organisation.

Lire la suite

Le processus de Kimberley a-t-il un avenir ?

Le commerce de diamants est connu pour son rôle dans le financement des conflits armés. Depuis treize ans, un système international de certification des diamants — le processus de Kimberley — lutte pour endiguer le lien entre conflits et « diamants de sang ». En dépit des résultats positifs clamés par les défenseurs du processus, la réalité sur le terrain semble pourtant moins rose. Alors que l’Union européenne examine en ce premier semestre 2016 un projet de réglement visant à bannir les « minerais du sang [7] », se pencher sur Kimberley est salutaire, tant les leçons à en tirer peuvent nous aider à être les architectes d’une législation plus efficace…

Lire la suite

La route de la servitude intellectuelle

Les récents débats par cartes blanches interposées sur le « néolibéralisme » ont été l’occasion de nombre d’interprétations contradictoires de cette notion, voire même de remise en question de l’existence du courant de pensée « néolibéral ». Il nous semble pertinent de revenir sur la signification de ce terme pour mieux en comprendre la portée. Une telle démarche est indispensable pour pouvoir fonder une critique du néolibéralisme qui puisse être connectée aux réalités vécues au quotidien dans le fonctionnement de toutes les institutions étatiques.

Voilà donc qu’une magistrate, Manuella Cadelli, qualifie de « fascisme » le « néolibéralisme » [9]. Et voilà que les réseaux sociaux s’emballent. L’affaire est (...)

Lire la suite

Innocente Belgique ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, les Belges tendent à être orgueilleux. Non de cet orgueil qui fait penser que l’on est destiné à apporter les Lumières au monde, mais d’un orgueil inversé. Ils aiment se penser ouverts, accueillants, débonnaires, se croire insignifiants, habitants fortuits d’un pays issu du hasard des conflits des XVIIIe et XIXe siècles… Ils apprécient de rire de leurs puissants voisins aux poses matamoresques.

Certes, ils sont souvent l’objet de moqueries, mais celles-ci les confortent dans leur conviction de leur insignifiance. Ils supportent du reste mal la critique : eux seuls peuvent porter atteinte à leur honneur et ils ne s’en privent pas. De temps en temps, ils aiment (...)

Lire la suite

Étrangler l’État ? Jamais !

Grande fut la surprise de la population lorsqu’elle apprit récemment qu’il y avait un trou dans le budget et qu’il faudrait le combler. Il n’était bien entendu pas question d’accroître les recettes. Vous pensez bien, puisqu’on refuse de percevoir les 700 millions d’euros de cadeaux indus que nous avons faits aux multinationales, ce malgré une condamnation européenne, nous n’allions pas faire cracher les riches au bassinet pour si peu qu’un contrôle budgétaire.

De toute façon, le citoyen a pris le pli de l’austérité. Trente ans qu’il en bouffe, il commence à intégrer l’idée que tout ce qui lui vient de l’État est une prébende illégitime. Et, plus il est pauvre, plus ce soutien est indéfendable. Ne parlons (...)

Lire la suite

Climat, dix ans après Stern, dix semaines après Paris

En octobre 2016, cela fera dix ans que Sir Nicholas Stern jeta son pavé (littéralement : 662 pages quand même !) dans la mare en présentant son rapport sur le cout des changements climatiques qui lui avait été commandé par Gordon Brown, ministre des Finances britanniques de l’époque. Pour la première fois, un économiste avec une solide réputation établie notamment à la Banque européenne de reconstruction et de développement, puis à la Banque mondiale (dont il fut vice-président) monétise les changements climatiques. Et ses conclusions sont alarmantes puisqu’il avance que ces phénomènes pourraient entrainer une chute du PIB/tête allant jusque 20% ! À titre de comparaison, cette baisse est similaire à celle (...)

Lire la suite

Analphabétisme économique ou hystérie austéritaire démoniaque ?

« Le gouvernement fédéral va devoir trouver plus de 2 milliards pour combler le "trou" dans le budget 2016. Pour la N-VA, les économies devraient passer en grande partie par une gestion plus sévère de l’assurance-maladie et de l’assurance-chômage. Les nationalistes flamands sont dans la droite ligne de ce que leur chef avait déjà annoncé dans son discours de rentrée en janvier de cette année. Bart De Wever avait alors expliqué que les inévitables dépassements budgétaires imposés par la crise migratoire et la menace terroriste devaient être compensés par des économies sur la Sécu. » C’est ainsi que Le Soir résume la situation et la dernière saillie inepte de la N-VA.

Il est vrai que, à l’origine, le (...)

Lire la suite

Hétéronomes homonégatifs ?

L’Ukraine, pays machiste et terre des Femen, se démène comme elle peut dans sa position frontalière d’éternel « étranger proche ». Les évènements de Maïdan ont cependant fait surgir un nouveau spectre menaçant d’engloutir la patrie de Chevtchenko : la Gayrope ou « Euro-Sodom ». Agissant comme une pierre de touche et un révélateur, la question des droits des minorités sexuelles ouvre des réflexions beaucoup plus globales sur les liens entre homonégativité et hétéronomie religieuse assumée ou voilée.

Une très instructive série d’articles, en cours de publication sur le site du réseau de revues européennes Eurozine, dont La Revue nouvelle est membre, est consacrée à l’Ukraine, et plus particulièrement à « L’Ukraine (...)

Lire la suite

Élections, piège à con

Comme le disait François Morel dans son billet radiophonique du 4 mars, sur France Inter, on peut être un excellent candidat à la présidence et un mauvais président. Les Français, déçus de leur président actuel [40], frustrés du grand homme qu’ils cherchent à travers l’histoire, tâtonnent. S’il peut être utile d’écouter ce que les humoristes ont à nous dire – ils ne sont pas souvent plus ridicules que les philosophes médiatiques, par exemple – force est de reconnaître qu’ensuite, M. Morel s’égare dans des considérations sur les concours de miss.

Lire la suite

Respecter les travailleuses pour relancer l’économie

Il y a quelques mois, paraissait dans une indifférence quasi générale un brillant rapport conçu conjointement par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, le SPF Economie, le Bureau fédéral du Plan abordant de long en large la question de l’écart salarial. À travers les nonante pages, Hildegard Van Hove et les sept statisticiens qui l’accompagnent décortiquent le phénomène sous tous les angles possibles en analysant les moindres recoins du marché du travail, ou plutôt des marchés du travail, celui des hommes et celui des femmes. Les multiples dimensions de l’écart salarial

L’écart salarial varie selon la période prise en compte pour son calcul : sur la base des salaires mensuels bruts moyens (...)

Lire la suite

De la croissance, en veux-tu, en voilà !

Depuis que l’indicateur abstrait du PIB a été conçu en 1934 par Simon Kuznets à la demande du Congrès américain soucieux d’évaluer l’impact de la Grande Dépression sur l’économie, il est devenu le nouvel opium du peuple, l’idole des économistes et le fétiche des décideurs politiques. Au cours des décennies s’est forgée dans la conscience collective l’idée qu’une croissance économique rendait acceptable les inégalités car elle offrait une perspective de mieux être pour tous même s’il fallait attendre que les entreprises et individus les mieux placés sur les marchés (du travail, des biens et services, des capitaux) se servent d’abord. C’est ce que les économistes appellent le « trickle down » (« ruissellement » en (...)

Lire la suite

Le sommaire du dernier numéro